L'opéra narré de Goethe

"La procession vers le pont" par Hermann Linde

Voici un résumé de la récente réunion de la Section des arts littéraires et des sciences humaines du groupe local à Fair Oaks, CA. Cette réunion a eu lieu le 13 février 2021 via Zoom.

"En un coup d'œil..."

  • Le 13 février, nous avons poursuivi notre travail sur le conte de fées. Nous avons commencé notre soirée par une lecture de la rencontre entre le passeur et les feux follets.
  • Dans un but éducatif et de citation savante, nous avons ensuite passé en revue toutes les peintures du livre Imagination de Hermann Linde, publié par Walter Keller Press, Dornach, 1988.
  • Nous avons commencé à examiner la relation entre le conte de fées et le portail d'initiation, la métamorphose des plantes et la flûte enchantée.
  • Nous avons contemplé la remarque de Rudolf Steiner, tirée d'une conférence de 1916, selon laquelle "la science spirituelle est un goethéisme mûr" (Karma of Vocation).
  • Nos prochaines réunions continueront dans cette direction en approfondissant notre compréhension du premier romantisme et de ses relations avec l'anthroposophie et la (post)modernité.

"Dis-moi encore..."

"Dies Bildnis ist bezaubernd schön"

Les amateurs d'opéra se souviendront de cette exclamation de plaisir et de perspicacité ("Cette photo est d'une beauté enchanteresse") comme les premières paroles de l'aria chantée par le prince Tamino dans les premières scènes de l'opéra. Mozart Flûte enchantée - une sensation théâtrale qui a été créée à la Saint-Michel 1791. Les "trois dames" viennent de présenter à Tamino une image de Pamina. Ceci fait suite à leur sauvetage du Prince du serpent monstrueux. Pour paraphraser : " Ah ! " s'exclame-t-il, " toute crainte et toute terreur se sont envolées de moi ! Cette révélation de la beauté esthétique a un pouvoir magique d'enchantement. Ma volonté s'enflamme pour des actes d'amour, de liberté et de clairvoyance spirituelle."

"Au milieu du domaine affreux de la force, et au milieu du domaine divin de la loi, l'impulsion esthétique à former construit sans s'en apercevoir un troisième domaine heureux, celui du jeu et de l'apparence, dans lequel les entraves de toutes les circonstances sont enlevées à l'homme, le libérant de tout ce qu'on pourrait appeler une contrainte morale ou physique."
- Friedrich Schiller, Sur l'éducation esthétique de l'être humain, Lettre 27

"Un royaume heureux de jeu et d'apparence... "

Goethe a été tellement impressionné par le chef-d'œuvre "mystérieux" de Mozart... La Flûte enchantée qu'il s'est senti poussé à écrire une suite. En 1795, pendant la période où il contemplait et écrivait Le conte de féesil travaillait également sur un libretto qu'il a intitulé La Flûte enchantée, 2e partie dans lequel Goethe poursuit le drame initiatique de Schikaneder et amène le récit à une nouvelle conclusion. De toute évidence, l'opéra de Mozart a profondément inspiré Goethe - peut-on supposer que Mozart, mort en 1791, a pu donner le ton à l'imagination de Goethe lors d'un rendez-vous de rêve aux alentours de l'année terrestre 1795 ? Et si Goethe n'a jamais réussi à trouver un compositeur pour mettre son livret en musique, il a poursuivi sa recherche d'un tel maestro pendant vingt ans. (Peut-être, ironiquement, Goethe aurait dû tenir compte de la perspicacité de Novalis, que le "conte de fées" de Goethe de 1795 était en fait un "opéra narré".")

"Göthes Märchen ist eine erzählte Oper."
- Novalis, Logologische Fragmente

"Le temple sur le pont" par Hermann Linde

"La beauté seule rend le monde entier heureux..."

Bien que le panneau indiquant notre lieu de rencontre hier soir nous ait dit que nous étions en marche vers le Weimar de Schiller - "État esthétique, 500 KM / Vorsicht ! Räuber !" - nous nous sommes retrouvés dans un paysage fluvial tellement enchanteur que nous nous sommes attardés pour apprécier l'harmonie de la nature et la beauté des fleurs qui, ici, dans le pays de l'or de la Californie du Nord, ont commencé à fleurir.

Les plantes, d'ailleurs, étaient également très présentes dans l'esprit de Goethe en 1795.

Notre groupe local a discuté de la façon dont on pourrait lire Le conte de fées structurellement comme une imagination de La métamorphose des plantes. Les lignes linéaires de la croissance et du mouvement successifs dans la première partie du conte font place à la circularité après les actes importants de "Renoncement"Des actes tels que le sacrifice du serpent vert pour former un pont sont accomplis. La stérilité déconcertante du jardin de Lily et Lily - qui n'a malheureusement pas la capacité de fleurir (ah, l'artichaut manquant !) - pourrait renvoyer à cet égard à des idées fondamentales de la théorie de Goethe sur la croissance et la métamorphose des plantes - par exemple, l'idée que la linéarité déterminée de la croissance des branches doit "renoncer" ou s'arrêter d'elle-même pour atteindre le stade suivant de maturité sexuelle dans la plante. Nous devrons déballer cette notion à une date ultérieure avec l'aide de botanistes goethéens - mais pour l'heure, nous nous sommes amusés musicalement. Avec les mélodies de Mozart qui s'échappaient de la cabane du jardin, nous préférions profiter des fleurs plutôt que d'assister à un cours de philosophie sec comme de la poussière dans une salle froide d'Iéna avec le professeur Schiller. Son heure viendra ! Il est à portée de main ! Ces "forces de mort" du processus de pensée, au sujet desquelles Rudolf Steiner nous a mis en garde, ont cependant besoin d'être stimulées, pourrait-on penser. Les contes de fées, la musique et la peinture sont de merveilleux remèdes et contrepoids, et ils sont bien recommandés.

"Les véritables contes de fées proviennent de sources situées à des profondeurs plus importantes de l'âme humaine qu'on ne le suppose généralement, nous parlant magiquement de chaque époque du développement de l'humanité."
- Rudolf Steiner

Et d'une telle recommandation jaillit : un projet !

"Aspiration à la délivrance (Crise)" par Hermann Linde

Quoi ? Un projet ? Un devoir ? Zut !

Nous avons discuté d'une approche pratique possible (et facultative) de la matière de l'œuvre de Goethe. Le conte de fées. J'ai suggéré qu'une façon de "vivre dans le conte" pourrait être de s'y engager artistiquement. Une approche possible, ai-je suggéré, pourrait consister à prendre l'un des personnages ou des "points de vue" du conte et à... travailler avec ce "point de vue" artistiquement. Et je pense que certains d'entre nous pourraient décider de le faire. C'est tout à fait facultatif, bien sûr. Mais pourquoi pas ? (Eh bien, je peux penser à plusieurs raisons "PAS", mais restons sanguins et optimistes).

Comment procéder ? Eh bien, on peut prendre le Prince, comme Linde l'a fait dans les douze tableaux que nous avons examinés hier soir, et se représenter de manière imaginative, par le biais d'un récit, d'une poésie, d'une peinture, d'une musique ou autre, une exploration artistique personnelle de l'expérience et du point de vue de ce personnage. Ou bien vous pouvez préférer le passeur, la vieille femme ou le carlin - comme vous l'aimez ! Avertissement sur l'étiquette : Une chose que nous ne voulons certainement pas faire, c'est allégoriser. Si je peux me permettre : Goethe aurait fait une crise. Il méprisait les équivalences de sens - consignant officiellement quatre-vingt-dix-neuf "déformations" du conte - et il ne fait aucun doute que ce nombre a beaucoup augmenté depuis. Il s'offusquait des tours de passe-passe interprétatifs qui faisaient que "Ceci veut dire Cela" et "Voilà, c'est fait ! Résolu !" La partie de notre nature humaine qui aime aligner les choses de façon mathématique et tautologique (A = B ; B = A) et qui peut nous séduire pour conclure un texte de façon nette avec une interprétation patente ("cela veut vraiment dire CECI !") - eh bien, ce genre de film littéraire n'est pas de l'art littéraire, diront certains - bien que je suppose que cela peut être amusant pendant un certain temps.

"Vous pouvez vivre de l'intérieur de vous-même
Quand la lumière peut briller dans votre âme."
- du Portail de l'Initiation

"Le Temple d'Or" par Hermann Linde

Sternflammenden Königin der Nacht !

Regardez les étoiles scintiller au-dessus du temple qui a surgi de terre sous la hutte du passeur. Nous poursuivrons avec l'opéra de Mozart et l'"opéra narré" de Goethe lors de prochaines réunions - avec des digressions appropriées, comme la vallée du Nil et le complexe du temple du Sphinx, comme il convient à l'ambiance et à l'itinéraire d'un drame initiatique. Ces Textes des Pyramides méritent un coup d'œil, n'est-ce pas ? Et en parlant d'étoiles - comme l'a parié un wagce : si nous envoyons dans l'espace une capsule temporelle holographique d'opéras de Mozart, de lointains vagabonds galactiques ignorants, ayant trouvé cette capsule temporelle, ne découvriront rien de moins que l'Homme, resplendissant dans le chant. À la fin de la soirée, nous avons fait une pause pour considérer une sélection de l'opéra de Mozart. Pensées directricesun passage qui commence :

"C'est une profonde source de satisfaction pour Michael que d'avoir réussi, à travers l'homme lui-même, à maintenir le monde des étoiles en union directe avec le Divin et le Spirituel."
- Rudolf Steiner, Pensées directrices anthroposophiques,
"L'activité de Michael et l'avenir de l'humanité"

Détail du "Deuil de la jeunesse" de Hermann Linde

Les Renonçants

Enfin, nous avons brièvement abordé la signification du mot "Renoncement" ("Entsagung") au sens spirituel dans lequel Goethe comprenait et employait ce terme. Il s'agit, évidemment, de ses idées sur la métamorphose des plantes et sur la métamorphose de l'homme. Le conte de fées. C'est une attitude et un geste de vie qui s'impose de plus en plus à la suite de ce moment de la biographie de Goethe qui voit la création de Le conte de fées. Nous trouvons le renoncement, par exemple, bien en évidence dans le sous-titre d'une autre œuvre littéraire à laquelle Goethe travaillait à cette époque, en 1795 : Les années de compagnonnage de Wilhelm Meister, ou Les Renonçants. Lors de prochaines réunions, nous aurons peut-être le temps, l'argent, la force et la patience de suivre ce fil avec Meister - mais terminons ce résumé pour l'instant par de la musique, un beau portrait et une citation. La citation est de Madame de Staël, une amie de Goethe. Peut-être se joindra-t-elle à nous pour un salon !

En ce qui concerne la musique, voici un lien vers une vidéo YouTube d'une interprétation de l'air de La Flûte enchantée que nous avons envisagé plus tôt dans ce résumé. Profitez-en !

Lien vers l'aria de Mozart de La Flûte enchantée

Changement de scène. Temple du Soleil.
Sarastro, Tamino et Pamina en habit de prêtre, les prêtres et les trois garçons apparaissent.

SARASTRO
Les rayons du soleil chassent la nuit,
détruisez le pouvoir mal acquis des dissipateurs !

CHORUS
Je vous salue pour votre consécration !
Vous avez pénétré la nuit,
que vous en soyez remercié,
Osiris, grâce à toi, Isis !
La force a triomphé, récompensant
la beauté et la sagesse avec une couronne éternelle !
- Mozart / Schikaneder / Conclusion de La Flûte enchantée

"Romancer le monde, c'est nous faire prendre conscience de la magie, du mystère et de l'émerveillement du monde ; c'est éduquer les sens à voir l'ordinaire comme extraordinaire, le familier comme étrange, le banal comme sacré, le fini comme infini."
- Novalis

Écrit par Bruce Donehower
13 février 2021