Une nuit avec Novalis

"Quand les étoiles du matin chantaient ensemble" par William Blake

Voici un résumé de la récente réunion de la Section des arts littéraires et des sciences humaines du groupe local à Fair Oaks, CA. Cette réunion a eu lieu le 27 février 2021 via Zoom.

"En un coup d'œil..."

  • Eurythmiste et poète / traducteur Clifford Venho nous a rejoint depuis Hawthorne Valley pour une soirée spéciale au cours de laquelle Cliff a discuté de sa traduction de Hymnes à la nuit par Novalis
  • Toute la soirée a été consacrée à Novalis. C'était la pleine lune, et c'était aussi L'anniversaire de Rudolf Steiner! (une date contestée)
  • Voir notre Page Livres et essais pour des informations sur l'obtention de l'édition du livre de chapitres de Cliff sur les Hymnes à la nuit de Novalis.
  • A venir : Terry Hipolito a accepté de partager avec nous une présentation le 20 mars et Brian Gray a accepté de nous rendre visite le 1er mai. Nous n'aurons pas de réunion pendant le temps de Pâques ; pas de réunion hebdomadaire le 27 mars et le 3 avril.

"Dis-moi encore..."

"La nuit sainte, indicible et mystérieuse..."
Le défi et la révision radicale de l'expérience humaine, comme nous le lisons dans Hymnes à la nuit de Novalis - est souvent occulté pour les lecteurs anglophones par la brume d'une traduction bien intentionnée. Nous avons la chance que le poète et eurythmiste Clifford Venho ait réalisé une traduction récente et pleine de fraîcheur de Hymnes à la nuit - une traduction lucide, poétique, fidèle à l'esprit et à la musique du texte original.

Lors de notre réunion d'hier soir, Cliff a partagé un peu de son parcours avec Novalis et a évoqué les événements qui l'ont amené à traduire le livre. Hymnes à la nuit. Cliff a également lu un extrait de sa version traduite du poème. Ensuite, il a répondu aux questions et a participé à une conversation générale sur Novalis. Cliff a abordé les problèmes de la traduction et de nombreux thèmes que nous avons trouvés dans la poésie et la prose de Novalis au cours de l'année de notre étroite collaboration. Parmi ces thèmes figure en bonne place un sujet que nous avons abordé à plusieurs reprises : la Lumen Naturae - la "lumière de la nature" ou "la lumière qui brille dans les ténèbres". (Voir Résumé du 11 avril 2020 et autres résumés de réunion sur le site web local).

"Le Seigneur apparaît à Elie à l'entrée de la grotte dans laquelle il s'est réfugié" par Marc Chagall

"Le matin doit-il toujours venir ?"

Notre voyage avec Novalis nous a conduits à plusieurs reprises dans des grottes et des enclos sombres. Malheureusement pour les lecteurs de la fin du XIXe siècle romantique et du XXe siècle moderniste, l'accent mis sur les ténèbres et l'indicible a conduit à certaines lectures erronées de Novalis. Un voile d'encens du romantisme tardif flottait dans les quelques traductions anglaises de Novalis qui étaient disponibles. Novalis est devenu un nom de marque pour le "Sehnsucht" romantique - le noble poète de la fleur bleue qui se languissait de la mort, de l'amour et de la mère - un poète étroitement associé à l'amour et à la perte, au désespoir et à l'obscurité, et - pire encore ! - un poète étroitement associé à l'amour et à la perte, au désespoir et à l'obscurité et, pire encore, à un vague désir mystique de transcender cette "vallée de larmes" et de s'échapper avec les garçons perdus vers le Pays Imaginaire. Des études récentes ont fait beaucoup pour ancrer et humaniser Novalis et pour remplacer le buste héroïque idéalisé qui prend la poussière dans les salons surchauffés par des représentations plus conformes à l'esprit de l'époque à laquelle Novalis a vécu. Cette époque, soit dit en passant, était centrée sur les années de la fin du XVIIIe siècle que nous étudions. Ce sont des années que Rudolf Steiner a recommandé à plusieurs reprises à notre attention. Rudolf Steiner l'a fait en tenant compte de la signification de cette période pour l'anthroposophie et, bien sûr, pour l'école de Michael. Nous avons la chance de nous trouver en ce vingt-et-unième siècle où, grâce au travail de récents chercheurs et d'une nouvelle génération de traducteurs, le Poète de la Fleur Bleue peut être mieux lu et compris.

Ceux qui se tournent vers l'œuvre philosophique de Novalis seront déçus s'ils s'attendent ici à des illuminations "romantiques" et à des effusions émotionnelles formulées de manière hargneuse. Ses textes appartiennent plutôt à la philosophie allemande la plus difficile.
- Manfred Frank, Einführung in die Frühromantische Ästhetik : Vorlesungen (en anglais) (Suhrkamp, 1989 ; pg. 248)

"Sainte Grotte" par Nicholas Roerich

"Tu m'as montré la nuit qui mène à la vie - et tu m'as rendu vraiment humain."

Mais, de peur que nous ne nous précipitions vers un autre extrême - encouragés par la réévaluation savante de Novalis comme un philosophe très important (comme il l'était en effet !) - nous devrions garder à l'esprit que Novalis se considérait avant tout comme un poète. N'avons-nous pas entendu si souvent dans les réunions passées que pour Novalis le conte de fées est plus puissant que la philosophie? En effet, certains ont soutenu de façon convaincante que chez Novalis - comme chez le poète Rilke, par exemple - c'est le courant orphique que nous rencontrons - pas l'aristotélicien ou le platonicien. Qu'offre ce courant orphique ? Qui était Orphée ? Comment peut-on parler de "l'indicible" ? Ce genre de bavardage relève-t-il plutôt du Lorelei Quatsch de la fin du romantisme, des nuages et du coucou ? N'entendons-nous pas quelque chose de morbide et de contraire à l'esprit de "progrès" social (Liberté ! Égalité ! Fraternité !) - contraire en effet, si l'on valorise à tort une lecture erronée de maximes mystiques telles que "Longing for Death" - cette phrase constituant notamment le titre de la sixième section de Hymnes. Novalis, comme certains l'ont noté, est un personnage difficile à cerner.

Tout être, l'être lui-même, n'est rien d'autre qu'être libre - planant entre des extrêmes qui doivent nécessairement être unis et séparés. C'est de ce point focal de vol stationnaire que découle toute la réalité - tout est contenu en lui - l'objet et le sujet existent à travers lui, et non lui à travers eux. Le moi ou le pouvoir productif de l'imagination, le planant, détermine, produit les extrêmes entre lesquels il plane - C'est une tromperie, mais seulement dans le domaine de la compréhension commune. Sinon, c'est quelque chose de tout à fait réel, car la cause de ce phénomène, le vol stationnaire, est l'origine, la mère de toute réalité, la réalité elle-même.
- Novalis (II, 266)

O Pionniers !

Nous avons entendu dans les réunions précédentes que Albert SteffenEn suivant les nombreuses indications de Steiner, il a identifié Novalis comme un poète de l'avenir - pas nécessairement de "l'avenir", mais d'un présent potentialisé. À cet égard, comme le veut le cliché : l'avenir, c'est maintenant. Tout autre "avenir" qui pourrait exister dans les plans d'ingénierie sociale ou les fantasmes scientifiques est un au-delà imaginé. L'avenir, c'est maintenant. "L'heure est venue !" Ainsi va le défi dans les premiers textes romantiques. (Le nom "Novalis", comme nous le savons, signifie de manière équivalente "pionnier" - ou quelqu'un qui "s'y met", pour ajouter une emphase Whitmanesque à l'affaire).

Steffen a suggéré que, alors que Dante, par exemple, a porté à l'expression poétique l'achèvement d'une civilisation antérieure - la civilisation médiévale chrétienne européenne - Novalis anticipe une civilisation en devenir, en train de devenir, une fois et à l'avenir. Et nous avons entendu, lors de récentes réunions, combien Goethe nous a fortement recommandé la devise : "Mourir et devenir." La métamorphose, la transformation, le changement, le chaos, la mort et la renaissance - ce sont aussi des thèmes orphiques. Peut-être pourrons-nous, lors de nos prochaines rencontres, trouver le temps d'approfondir ces ténèbres, accompagnés de "Virgils" tels que Novalis et peut-être même un Rilke ou deux et d'autres de cette bonne compagnie d'amis. Le temps est à portée de main !

"Le deuil de la jeunesse" par Hermann Linde

Christian Morgenstern . . .

Cliff a accepté de se joindre à nous pour une nouvelle soirée littéraire au cours de laquelle il présentera son travail et son parcours actuel avec le poète Christian Morgenstern. J'attends avec impatience cet événement à venir ! Consultez cet espace pour connaître la date et l'heure. La semaine dernière, Mozart et Ingmar Bergman ont rejoint notre petite communauté d'intérêt. Cette semaine, une fois de plus, Novalis - et bientôt, Morgenstern, une personne dont l'importance pour Rudolf Steiner pourrait devenir pour nous un sujet de grand intérêt. Hélas, nous restons dans le monde linguistique de l'allemand. (Doh ! Si seulement Rudolf Steiner était né à Brooklyn ou à San Dimas !) Mais avec des traductions comme celle de Cliff à portée de main, je suis sûr que nous trouverons un passage sûr pour traverser le pont.

"Partout, le grain se dressait mûr et la chaude après-midi était pleine de l'odeur du blé mûr, comme l'odeur du pain qui cuit dans un four. L'haleine du blé et le doux trèfle passaient devant lui comme des choses agréables dans un rêve."
- Willa Cather, O Pioneers !

 

"Mes amis, le sol est pauvre. Nous devons répandre des graines abondantes pour assurer une récolte même moyenne."
- Novalis, Blüthenstaub

"Eve ! Magdalene !
ou Mary, vous ?"
- Hart Crane, Le Pont

Écrit par Bruce Donehower
27 février 2021