En vol stationnaire

Une fois encore, un rapport sur notre récente réunion hebdomadaire "Zoom" de la Section des arts littéraires et des sciences humaines avec le groupe local de Fair Oaks.

Lors de notre réunion d'hier 18 avril, j'ai lancé la discussion en partageant un commentaire d'Herbert Hagens. Herbert a envoyé ce commentaire au groupe par courriel. Il a souligné le chevauchement entre la citation de Rudolf Steiner que j'ai partagée la semaine dernière et la méditation de la semaine de Pâques dans le document Le calendrier de l'âme. J'ai lu ce verset du Calendrier de l'âme pour commencer et terminer notre réunion. Voici les deux versets pour que vous puissiez les comparer.

Ainsi, la vie intérieure de l'homme s'élucide non seulement elle-même, mais aussi les choses extérieures. À partir de ce point s'ouvre une perspective infinie pour la connaissance humaine. En son sein brille une lumière qui ne limite pas sa luminosité à cet intérieur. C'est un soleil qui illumine toute la réalité à la fois. Quelque chose apparaît en nous qui nous unit au monde entier. Nous ne sommes plus seulement l'homme accidentel, nous ne sommes plus tel ou tel individu. En nous, le monde entier se révèle. Il nous dévoile ses propres liens et nous montre comment nous sommes reliés à lui en tant qu'individus. De la connaissance de soi naît la connaissance du monde. Et notre propre individualité limitée prend spirituellement sa place dans la grande interconnexion du monde, car quelque chose prend vie en elle qui dépasse cette individualité, qui englobe tout ce dont cette individualité fait partie. - (Onze mystiques européens par Rudolf Steiner, Rudolf Steiner Publications, Blauvelt, NY, pg. 119)

Quand des mondes les plus lointains
Le Soleil communie avec le sens de l'Homme
Et l'allégresse des profondeurs de l'âme
Dans la vision se joint la lumière,
Puis, de la gaine du moi, les pensées
Filez vers les distances de l'espace
Et rejoignent faiblement
L'essence humaine à l'être de l'Esprit.
(Oster-Stimmung) trans. Daisy Aldan

Cheryl nous a ensuite récité son charmant poème original paru récemment dans le Communauté chrétienne bulletin d'information. À un moment donné de notre travail au fil des ans, la section de Fair Oaks a consacré des réunions à l'écriture créative. Peut-être pourrions-nous y revenir ? L'écriture créative est - du moins pour moi, je pense - une partie importante de l'activité de notre section - et comme je l'ai mentionné précédemment, mon expérience au fil des décennies est que si vous vous ouvrez à Novalis, vous recevrez une inspiration pour la créativité et le renouvellement de soi. Essayez et voyez !

Télécharger le poème de Cheryl (pdf)

Après Cheryl, Alice nous a fait une splendide présentation avec des photos de la Wartburg, de l'histoire et de l'histoire de la ville. Heinrich von Ofterdingenet le La bataille des chanteurs. Nous avons encore regardé la carte du "pays de Novalis" - qui est aussi une carte du "pays de Wolfram" - sans parler de Bach, Luther, Goethe, etc. Quelque chose à méditer ? Alice nous a aidé à comprendre les connexions karmiques entre le personnage de Strader et Heinrich von Ofterdingen. Elle nous a également aidés à envisager les liens avec l'impulsion culturelle de Wolfram von Eschenbach - et elle a attiré notre attention sur Klingsor. Au fur et à mesure que nous cheminons avec le jeune Henry, j'espère que nous serons en mesure de contempler plus profondément ces chevauchements et ces connexions karmiques. Peut-être une bonne idée de dépoussiérer votre Parzival ?

Nous avons discuté de la représentation des Croisades et du Moyen-Orient dans les chapitres deux et trois. Nous avons fait une digression vers des considérations sur l'exploitation minière et les domaines souterrains, en tâtonnant un peu pour trouver le roi des métaux et la lumière qui habite les ténèbres. Nous avons également abordé les 1001 Mille et une nuits, et Marion a discuté de l'importance de ce recueil de contes pour les romantiques - et pour la littérature mondiale en général.

Enfin, Marion et moi avons présenté une traduction en cours de l'un des tout derniers poèmes écrits par Novalis : "Alle Menschen Seh ich Leben". Cela a donné lieu à un dialogue animé sur les questions de traduction, qui était très amusant et, je pense, utile même pour ceux qui ne lisent pas l'allemand. Il est bon d'entendre les mots significatifs d'un poème dans la langue originale, et il est bon d'entendre le genre de problèmes auxquels les traducteurs sont confrontés, même si vous ne parlez pas la langue en question. Des poètes comme Robert Bly et d'autres ont réalisé des traductions de poèmes très passionnantes, même lorsqu'ils ne maîtrisaient pas eux-mêmes la langue d'origine. Cela soulève toutes sortes de problèmes intéressants pour un poète : comment rester fidèle à la vérité de la poésie tout en se balançant sur la poutre d'équilibre de la grammaire et de la sémantique. J'espère que nous aurons d'autres dialogues de ce type à l'avenir.

En conclusion, j'ai posté une vidéo " Novalis " pour les amis du groupe central, et voici le lien, pour ceux qui sont intéressés. (Les photos que j'ai incluses vous donnent une idée de la "pluie d'or de coquelicots" à la rivière. Les coquelicots de Californie sont abondants cette année à la rivière - plus de coquelicots de Californie que je n'ai jamais vu au printemps ! - et je marche sur ce territoire quotidiennement depuis des années. Voici la vidéo.

 

"Le monde doit être romancé. C'est ainsi que l'on retrouvera le sens originel. Le romantisme n'est rien d'autre qu'une potentialisation qualitative. Le moi inférieur est identifié par cette opération à un moi meilleur. Ainsi, nous sommes nous-mêmes les produits d'une telle série de potentialisations. Cette opération est encore totalement inconnue. Je romanise le monde dans la mesure où je donne au commun un sens plus élevé, à l'ordinaire un aspect chargé de mystère, au connu la dignité de l'inconnu, et au fini le lustre de l'éternité - en d'autres termes, cette opération se produit au profit du plus élevé, de l'inconnu, du mystique et de l'éternel - par cette jonction, ceux-ci sont logarythmisés et reçoivent une expression courante : la philosophie romantique. Lingua Romana. Alternance d'ascension et de descente".  - Novalis

Écrit par Bruce Donehower
18 avril 2020